La confiance en soi est le premier secret du succès. Venez découvrir 4 exercices pour l’améliorer

Ho’oponopono : Le rituel hawaïen du pardon

Les meilleurs coachs au monde nous rassurent que la confiance en soi ne cesse jamais de se développer tout au long de la vie. Ce rituel sacré qui signifie « corriger ce qui est erroné » en hawaïen peut se pratiquer seul ou à plusieurs dans le confort de vos domiciles. Cet exercice aide les gens à mieux concentrer. On pratique la méthode Ho’oponopono par prononcer quatre mots : « désolé », « pardon », « merci »,et « je t’aime ».

 Cette méthode a pour objectif de nettoyer et rafraichir nos mémoires conscientes. Le plus important c’est qu’on peut faire cette ancienne pratique spirituelle seul devant un miroir. Les principes de la méthode sont simples et axés autour les 4mots-clés qui suivent.

 •Désolé

Accepter ses défauts c’est accepter soi-même et prendre confiance en soi. Il ne faut pas hésiter à raconter ce qui a provoqué nos regrets, nos remords, notre honte, notre culpabilité. Dans cette étape, accepter nos sentiments est essentiel.

 •Pardon

Dans ce même état d’esprit de sincérité, repensez aux torts que vous avez causés ou que vous vous êtes causés, que vous n’avez pu ou voulu empêcher. Quand vous serez prêt, n’hésitez pas à dire : « Pardon ».

 •Merci

Dire merci signifie que vous êtes reconnaissant(e) s de tous les biens de l’expérience spirituelle. 

 • Je t’aime

 Pratiquer cette méthode spirituelle est le moment parfait pour comprendre qu’on ressent trop d’amour pour soi-même. Il faut dire à haute voix : « je m’aime et je m’accepte infiniment ».  

Le kasàlà : une école de l’émerveillement

Pratiquer le kasàlà est le meilleur cadeau qu’on peut s’offrir.  Cet exercice venu du continent africain nous permet de s’affirmer, de reconnaître ses qualités mais aussi ses défauts avec humour et bienveillance, et de cultiver la confiance en soi. L’objectif général consiste à accepter pleinement toutes les facettes de son être.

Pour pratiquer l’exercice africain : munissez-vous d’une feuille de papier, d’un stylo et démarrez votre kasàlà en énumérant tous vos noms, prénoms et surnoms. Choisissez ensuite une formule : « Je suis…», « Je m’appelle…», « Me voici…», « Moi, …». Ensuite, il est le temps de l’énumération des qualités morales et physiques que vous vous reconnaissez. Pensez surtout aux compliments que l’on vous fait. Il faut faire un portrait complet mais bienveillant de votre personne. Rédigez votre texte en ayant recours à des métaphores liées à la nature : « mystérieux comme un chat », « souple comme un roseau » … Poétiser votre portrait est très important. Choisissez enfin une ou plusieurs personnes de confiance à qui vous réciterez votre auto louange en la ou les regardants droits dans les yeux.

Le deuxième accord toltèque

Découvrir la tradition toltèque a aidé don Miguel Ruiz à mener une vie juste et généreuse avec lui-même et avec le autour de lui. Initié par un chaman, il élabore les célèbres « quatre accords toltèques » : avoir une parole impeccable, ne pas en faire une affaire personnelle, ne pas faire de suppositions et faire toujours de son mieux. « Vous n’êtes pas la cause des actes d’autrui », affirme-t-il à tous ceux qu’ils ont un manque de confiance en soi. La méthode a pour objectif d’appliquer le deuxième accord toltèque (n’en faites pas une affaire personnelle) permet de protéger sa confiance en soi.

Afin d’essayer cet exercice spirituel, prenez du recul et laissez à l’autre ce qui lui appartient. Sa colère, sa mauvaise foi, sa déception. Identifiez les accusations non recevables. Ces projections visent à vous faire douter de vous et à vous « voler » votre puissance personnelle. Ne les commentez pas, quittez la discussion. Vous pouvez même dire à la personne :« Cela t’appartient, je n’ai pas le pouvoir sur toi. »

The Work : Retournez vos convictions

ByronKatie, le fondateur de la méthode spirituelle, pense que nos croyances sont plus douloureuses que la réalité qu’elles décrivent. Son rituel, the work, s’adresse à interroger nos croyances et à les retourner pour reprendre confiance en soi. Généralement, la méthode vise à identifier et neutraliser les pensées qui nous font souffrir. Il faut mentionner que la méthode se réalise par écrit ou à voix haute, formulez la croyance du moment qui vous blesse ou vous fait douter de vous. Par exemple : « Je n’y arriverai jamais. » Posez-vous les questions suivantes :

Est-ce vrai ?

Votre réponse peut être un oui massif, un oui hésitant ou un « pas vraiment ».

Êtes-vous absolument certain que c’est vrai ?

Si vous en êtes persuadé, fournissez des exemples vraiment convaincants d’échecs.

Comment réagissez-vous ? Que se passe-t-il quand vous croyez à cette pensée (« Je n’y arriverai pas ») ?

Lorsque vous êtes sincères et attentifs, vous pouvez découvrir la colère, la honte, le découragement, mais aussi le soulagement ou la jubilation.

Qui seriez-vous sans cette pensée ?

Cette étape sert à comprendre que vous n’êtes pas vos convictions et qu’il faut produire des idées et des émotions nouvelles.

Retournez votre conviction :

Vers vous : je ne me suis peut-être pas donné les moyens de mon ambition.

Vers l’extérieur : mon ambition est objectivement hors de ma portée.

À l’opposé : je suis à la hauteur et j’y arriverai.

Enfin, vous devez trouver des exemples corroborant les affirmations qu’on vient de citer.